La valse du Pouvoir - Forum RPG

RPG d'intrigue


La Légion

La valse du Pouvoir - Forum RPG :: Administratif :: Le registre :: Coteries validées


avatar
Message  La Légion  par Le Scribe Eternel le Dim 30 Sep - 12:24
Coterie : La Bibliothèque de Khel
Rang social / Titre : [Esprit Immortel)
Age : Le Temps dans la bibliothèque de Khel n'a pas de sens.
Métier : Scribe



La Légion

Le responsable de la coterie : Gabriel Koenig
Nom de votre coterie : La Légion
Type de coterie : Guilde de mercenaires, même si Gabriel préfère le terme « armée privée ».
Si c'est un territoire noble :/
Blason :
Moins un blason formel obéissant aux règles d'héraldique qu'un simple écusson que l'on retrouve sur les uniformes ou sur le sceau officiel de la Légion.
Votre spécialité : La guerre.
Vassaux : /

Description complète



L'histoire de la Légion se confond avec celle de Gabriel Koenig par bien des aspects, et il est difficile de parler de l'un sans parler de l'autre. Née d'une ambition démesurée et utopique, celle de participer à la fondation d'un état militaire fort et méritocratique, elle vend ses services et son expertise aux plus offrants, à la condition que la cause paraisse juste à leur chef, qui pourrait, à plus d'un titre, être comparé au chef d'une secte.

Il faut savoir que le premier membre de la Légion, Raphaël Weber, était un jeune soldat idéaliste au service d'un noble, assigné à la protection d'une frontière ; quand Gabriel et lui se sont rencontrés, le jeune Weber, le soir venu, après une longue conversation où il lui expliqué ce qu'il voulait faire de la Légion, fit son paquetage et se jeta à cœur perdu dans cette cause.

C'est le cas de la plupart des membres de cette véritable petite armée privée. Koenig fait un effort tout particulier à parler à chacun d'eux, à toutes les étapes de leur incorporation, et à se rappeler de chacun de leurs noms. Toutes ces attentions, mêlées au but qu'il prétend vouloir atteindre, et évidemment, à ses nombreux succès au combat, poussent ses membres à lui vouer une admiration quasi-religieuse. Leur "Seigneur des Batailles" est aussi leur père de substitution à tous : celui qui les dirige, celui qui les recadre, et celui qui viendra les chercher quand ils auront besoin d'aide.

Créée en 1032, la Légion accueille principalement des soldats de métier, des professionnels en quête d'un idéal étatique guerrier. Les brigands, les beaux parleurs et les sanguinaires de manière générale n'y trouveront aucun refuge, bien au contraire. Gabriel Koenig ordonne la plus grande coopération avec les autorités en place, et il n'est pas rare, pour faire preuve de sa bonne foi, qu'il livre les criminels qu'ils attrapent à la justice du territoire en question.

Si les hommes d'armes constituent l'échine de la Légion, sont acceptés bien évidemment les cuisiniers, les écuyers, les forgerons, et toutes les autres professions qui maintiennent une armée à flot. Les novices sont également les bienvenus, tant qu'ils montrent suffisamment de détermination et d'entrain à l'entraînement et au combat.

Gabriel ne néglige aucune arme, si bien que toutes les spécialités sont représentées au sein de la Légion, chaque groupe étant formé d'unités différentes et complémentaires. On note ceci-dit une évidente prédominance de fantassins.

Parmi les unités les plus atypiques, ou les plus connues, on parlera notamment du peloton d'élèves gradés, qui est constitué des éléments les plus performants de la Légion, et qui, si elle n'est pas utilisée au combat comme unité de choc, passe son temps à être formée par Gabriel à la tactique militaire et à la gestion des troupes. Elle a pour vocation de fournir une éducation militaire avancée typiquement réservée aux chevaliers et aux nobles aux soldats généralement issus de familles de roturiers.

Il a su s'imposer comme un des services de mercenariat les plus rentables, mais aussi des plus chers possibles. Au fil des dernières années, Gabriel a pu renforcer la réputation de la Légion et sa crédibilité, dans un milieu habitué à des mercenaires faisant autant de mal que de bien dans les contrées qu'ils traversent.

Il est impossible de ne pas mentionner l'attaque jordhienne qui a frappé les territoires du nord, entre 1032 et 1036 : Le Roi faisant en masse appel à la Légion et à ses membres (reconstituant, de manière assez ironique, les rangs des armées parfois désertées des nobles les plus modestes par ces mêmes membres) pour assister son armée, ce qui a permis à Gabriel Koenig d'acquérir et de renforcer sa notoriété auprès des milieux dirigeants, et d'augmenter encore un peu plus l'afflux de soldats venant grossir ses rangs, au sein du fort temporaire qu'il maintient au nord-ouest du territoire vingt-quatre.

Temporaire, puisque ses proches fidèles savent que Gabriel projette de s'emparer de l'île qui lui fait face, et d'en faire le vrai bastion de la Légion...





Influence

Total d'influence disponible : 185

- Armée entraînée et professionnelle : 85% La Légion ne garde dans ses rangs que les soldats qui font leur métier par choix : et même ceux-là, elle ne leur épargne rien. Ni la dure vie de militaire, ni la rigueur qui l'accompagne.

- Ralliement au Leader : 70% La vénération que ses hommes portent à leur "Seigneur des batailles" ne s'exprime pas qu'à travers les mots élogieux qu'ils lui portent, mais aussi par leur ardeur, redoublée quand il les mène au combat et à la réputation de la Légion qu'ils entretiennent aussi soigneusement que Gabriel.

- Equipement avancé : 55% Si Gabriel veille à la cohésion des soldats qui viennent d'un peu partout, et à conserver une certaine homogénéité dans leur apparence, il ne tolère ni l'approximation, ni la médiocrité dans leur équipement.
Voir le profil de l'utilisateur


Le Scribe Éternel:
J'ai passé toute ma vie mortel à écrire l'histoire de ce monde, tant et si bien qu'un jour j'en suis arrivé à la fin. J'étais déjà un vieil homme en ce temps là, mais je fut saisit d'horreur devant la profondeur du vide qui m'envahissait. Il n'y avait plus de chronique à rédiger, plus de fait à relater et je serais mort bien avant que l'histoire ne s'achève. Mais Khel prit en pitié le vieil érudit que j'étais et quand mon histoire fut achevé il ramassa ma vie et dans son royaume de rayonnages infini il me fit une place. Je suis le scribe éternel, qui par la gloire de Khel écrira l'histoire jusqu'a la fin des temps.

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum