La valse du Pouvoir - Forum RPG

RPG d'intrigue

Forum actuellement en Bétatest, merci de votre indulgence!

Confrères de l'Ordre (FT Wulfrick Von Hodendorf)

La valse du Pouvoir - Forum RPG :: Le Palais Royal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2


avatar
Blason de la famille Luptan
Coterie : Comté de Coeur-De-Pierre
Rang social / Titre : Comte, Maître de Guerre
Age : 36
Métier : Haut dirigeant de l'Ordre des Guerriers
Fiche : Siegfried Luptan
Journal : Journal de Siegfried
Situation familiale : Marié avec quatre filles
Nationalité : Alévienne
Divinité favorite : June
En entendant les excuses mêlées aux compliments du Champion, Siegfried fut rassuré ainsi qu’honoré. Wulfrick pensait sans doute qu’il s’agissait de la meilleure option pour le roi et il n’allait pas le lui reprocher. Mais il sentait tout de même comme une pointe de déception chez son interlocuteur, comme s’il s’attendait à ce que tout noble loyal soit prêt à tout donner au nom de son roi. Bien que le Comte pouvait accepter de s’impliquer et de sortir de son confort personnel, il y avait des limites tout de même…

Malgré tout, le Comte était ravi de savoir que le garde du corps les soutiendrait. Les alliés étaient une chose précieuse en tout temps, et savoir qu’ils pouvaient compter l’un sur l’autre était un certain soulagement. Il ne faudrait pas qu’en plus les membres du Cercle Intérieur de l’Ordre commencent à avoir des dissensions… Ce qui fit penser à Siegfried qu’il faudrait se renseigner sur les autres justement. Il se leva également et serra la main tendue de Wulfrick.

- Vous avez raison. Elias et moi allons sans doute annoncer notre position officiellement à terme, mais il est intéressant que nous gardions notre ligue avec vous secrète. Cependant, je me dis qu’il est important pour l’Ordre des Guerriers de savoir sur quel pied danser. Je crois donc qu’avant tout autre noble, ce sont les autres hauts dirigeants dont nous devons nous assurer la loyauté. Je vais enquêter de mon côté au sein de l’Ordre, n’hésitez évidemment pas vous-même à me faire part de vos soupçons.

Le Comte lâcha la main et se dirigea vers la fenêtre. La ville s’étendait sous ses yeux. Il se demandait, au sein de la population, comment est-ce que les avis sur le roi évoluaient… Car les complots de la noblesse était une chose, mais l’opinion du peuple demeure quelque chose d’important. Et quelque chose trop souvent sous-estimé...

- J’y pense, Wulfrick… Qu’est-ce que vous croyez que ferait le peuple si jamais la noblesse se scindait ouvertement ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Rang social / Titre : Baron
Age : 47
Métier : Champion du Roi
Fiche : Ma fiche
Situation familiale : Veuf, chef de famille, sans héritier.
Nationalité : Alévien
Divinité favorite : June
Wulfrick avait réfléchi à la question du comte. Contrairement à beaucoup de nobles, il ne méprisait pas le peuple ni les gens de basse extraction, et il se flattait d'être bon, quoique bourru et colérique parfois, avec les domestiques du palais. Il n'avait jamais entendu l'un d'entre eux se plaindre à son sujet - ce qui à la réflexion n'était peut être pas si rassurant que ça.

- Le peuple est, à mon sens, trop souvent négligé dans les conseils et les complots des puissants. Il n'a pas de cotte de maille, non plus que d'épée, voyez-vous, et il ne semble pas devoir peser bien lourd dans un coup d'Etat. Je suis pour ma part convaincu du contraire. Sans le peuple, aucun usurpateur ne pourra monter sur le trône et y tenir ferme. Il faut donc s'assurer son soutien, et cela est impératif. Je crois à ce sujet que notre meilleur espoir réside dans le fils du roi et sa folle quête. Lui comme son oncle sont des chevaliers modèles, propres à susciter l'admiration et la déférence. Je pense que la bonté du roi et de sa famille nous garderont le peuple. Par ailleurs rien n'est pire pour eux que le changement, qui amène trouble et insécurité, voire la guerre.

Il hocha la tête tout seul, comme méditant sur ses propres paroles. Il ajouta ensuite.

- Oui, décidément, il me semble que le seul langage du peuple est l'exemple. N'exigez pas d'eux ce que l'on ne saurait exiger de vous. Et montrez leur votre valeur pour emporter leur fidélité. Peut être sera-t-il bientôt salutaire, tant pour l'éducation de la populace que des nobles, que le vieux champion du roi sorte un peu de sa retraite pour montrer au monde que son honneur et sa valeur sont intacts et son épée encore acérée.

Ces mots amenèrent sur son visage un sourire grinçant. Sa comédie de vieillesse commençait à lui peser. Il sentait venir le moment où son roi aurait besoin d'une épée d'airain, d'un champion indomptable, et il attendait ce moment avec une impatience grandissante. Une partie de lui, enfouie sous des strates de probité et d'honneur, n'attendait qu'une révolte nobiliaire pour jeter son gant d'acier à la tête du premier paltoquet venu. Une petite voix au fond de son crâne lui susurra qu'il n'aurait pas longtemps à attendre.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Blason de la famille Luptan
Coterie : Comté de Coeur-De-Pierre
Rang social / Titre : Comte, Maître de Guerre
Age : 36
Métier : Haut dirigeant de l'Ordre des Guerriers
Fiche : Siegfried Luptan
Journal : Journal de Siegfried
Situation familiale : Marié avec quatre filles
Nationalité : Alévienne
Divinité favorite : June
La réponse du Champion n’était pas étonnante. Quand on le connaissait un tant soit peu, on savait qu’il considérait beaucoup la valeur des gens et l’effet de l’exemple. Lui-même essayait d’être irréprochable en toute circonstance, d’une part par principe, d’autre part pour ne pas renvoyer une mauvaise image de son statut proche du Roi. Siegfried était plutôt d’accord mais pas aussi catégorique car justement, cette fichue rumeur pouvait ébranler les convictions les plus faibles, et il suffisait d’un vil opportuniste pour monter la population dont l’avis était fluctuant contre le reste. On ne se rend pas compte comme les dominos d’une catastrophe peuvent vite s’enchaîner…

Cependant, le Comte se retourna avec une certaine surprise lorsque Wulfrick suggéra la possibilité d’apparaître sur le devant de la scène. Lui qui préférait être en retrait de manière générale désirait maintenant changer ses habitudes… Décidément, il semblait que la période actuelle était propice aux changements. La surprise se mua progressivement en contentement : si deux membres du Cercle Intérieur de l’Ordre prenaient parti depuis le début, ce n’en était que mieux pour tous.

- Ha, vous n’êtes pas si vieux que ça Wulfrick, et je n’ai aucun doute sur vos compétences martiales. Mais je ne vais pas prétendre que je ne suis pas ravi de vous voir revenir dans l’action. J’aurais presque hâte à vous voir remettre à leur place ceux qui voudraient profiter de l’action. Oui, sans doute que grâce à l’exemple que nous et la famille royale pourrons donner au peuple, cela ne fera que consolider la position de notre camp.

Donner l’exemple. C’est aussi un pari, car il suffit d’une simple erreur pour donner un mauvais exemple. Et parfois l’erreur peut être provoquée volontairement par quelqu’un d’autre… En tout cas pour l’heure, Siegfried savait qu’il pouvait compter sur Wulfrick et c’était une bonne nouvelle pour tout le monde. Peut-être aurait-il besoin de rencontrer le Roi en personne, mais ce serait pour plus tard. Le Comte revint face au Champion et lui serra la main à nouveau, cette fois pour signifier la fin de l’entrevue.

- Ce fut un plaisir Wulfrick. Nul doute que nous aurons besoin de nous revoir par la suite pendant ces temps troublés, donc je vous dit à bientôt.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Rang social / Titre : Baron
Age : 47
Métier : Champion du Roi
Fiche : Ma fiche
Situation familiale : Veuf, chef de famille, sans héritier.
Nationalité : Alévien
Divinité favorite : June
Wulfrick se leva à son tour et serra la main tendue du comte. Il avait gagné un soutien précieux. Un appui qui pourrait se révéler décisif en cas de soulèvement ou de coup d'Etat. On en était pas là, bien sûr, mais de son avis, on était jamais trop prudent sur ces choses là. Or s'assurer la loyauté du comte, c'était presque s'assurer la loyauté de l'armée. Si le cercle intérieur était ainsi tenu par les loyalistes, alors l'armée resterait fidèle. Il lui restait maintenant à s'assurer de la loyauté des autres membres du cercle intérieur. Et peut être de celle de Siegfried, aussi. Après tout, on n'était jamais trop prudent...

- Ce fut un plaisir partagé, Siegfried. Et je suis ravi de vous savoir du bon côté, encore que je n'en ai jamais douté. Je vous dis donc au revoir, jusqu'à notre prochaine rencontre.

Il accompagna le comte à la porte et le quitta sur un dernier salut, remerciant et congédiant le serviteur zélé qui avait interdit l'accès au salon d'un signe de tête avant de se diriger vers ses quartiers. Beaucoup restait à faire.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut


Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum