La valse du Pouvoir - Forum RPG

RPG d'intrigue


An'Tharwa [Compagnie Commerciale et Famille Noble Shaïm]

La valse du Pouvoir - Forum RPG :: Administratif :: Le registre :: Coteries validées


Le Scribe Eternel
Coterie : La Bibliothèque de Khel
Rang social / Titre : [Esprit Immortel)
Age : Le Temps dans la bibliothèque de Khel n'a pas de sens.
Métier : Scribe



An’Tharwa

Le responsable de la coterie : Ibtissem An’Tharwa
Nom de votre coterie : An’Tharwa
Type de coterie : Noble famille shaïm, Compagnie commerciale.
Localisation : Basé à Fajar, dispose d’antennes et de comptoirs dans la plupart des grands ports.
Blason : Blason des An’Tharwa.
Votre spécialité : Richissime famille shaïm, originaire de la citée-marchande Fajar, leur commerce gravite autours des ressources exotiques et luxueuses.
Membres : Braham An'Shaheb

Description complète


« An’Tharwa, une noble famille reconnue au sein des frontières du Califat, de riches marchands de biens exotiques, ayant prospérés durant des siècles. Cependant, les malédictions ont commencé à s’abattre sur eux à l’aube de 13eme siècle de notre ère. Leurs rangs se sont affinés, tragédies sur tragédies, laissant les familles rivales s’emparer de leur territoire perdu. Les morts n’ont guère cessé, jusqu’à ce qu’il n’en reste deux, un homme et une femme mariée, attendant un enfant. Ils résistaient, mais vivaient dans la peur. Seule la naissance d’un fils pourrait les sortir de l’embarras, les An’Tharwa ne doivent pas s’éteindre. Les divinités leur accordèrent une fille, un affront, d’autant que la femme ne supporta guère la naissance, la rendant infertile par la suite. La malédiction persistait, le père de famille enragea devant cette enfant qui ne lui permettrait pas de faire perdurer son nom. Malgré tout, il fallait l’élever pour en faire leur dernier bastion, celle qui ferait briller leur entreprise avant qu’elle ne s’éteigne. Mais rien ne pouvait étancher leur soif de vengeance envers les vautours qui avaient jeté l’opprobre sur leur âme. Une déesse répondit après une longue attente à leurs appels à l’aide, la déesse du chaos. Promettant la résolution de leurs problèmes, ils ne firent que les empirer en la priant. Pouvoir, vengeance, richesse, mais par-dessus tout, un fils pour ce père accablé. Sa femme infertile, il devait se rabattre sur sa propre fille, les pouvoirs de la déesse feraient le reste. Des rituels cabales, les jeunes filles fut violé à plusieurs reprises, maudissant leurs adversaires par ce biais, le père, muré dans le mensonge et les fausses promesses, pensaient réellement avoir un garçon en abusant de sa fille. La mère, consentante à ses atrocités, fit taire sa propre enfant par les maléfices de son artefact. Dès lors, Ibtissem An’Tharwa n’avait plus aucune échappatoire, elle était brisée. Impuissante, celle-ci pria. Encore. Encore. Et encore. Jusqu’à l’arrivée de l’Inquisition… »
Extrait de l’histoire de Ibtissem An’Tharwa.


Contre toute attente, après un long séjour sous la protection du Calife Sahaman Al’Maleh, l’héritière des An’Tharwa revint à Fajar reprendre la compagnie en main. Il était grand temps, les bénéfices étaient au plus bas, et les employés, incertains, craignaient de voir disparaitre la noble famille avec l’incapacité de la fille à diriger. Il n’en était rien, Ibtissem s’affirma fermement et imposa avec brio ses idéaux.

Les vaisseaux de la flotte An’Tharwa ne sont pas les plus beaux du Califat, bien qu’ils ne soient en aucun cas comparable avec ce qui se fait ailleurs des leurs frontières, les navires marchands proviennent tous de Fajar, citée excentrée au fin fond de l’empire. Devant parcourir des distances non négligeables, ceux-ci sont de solide conception et capable d’affronter les intempéries tout en sécurisant leur cargaison de grande valeur. Pour épauler ces somptueux navires, la compagnie fait appel à une flotte corsaires pour veiller à leur protection. Les An’Tharwa ont cette tradition du mercenariat, ici plus poussée que chez les autres familles shaïms. L’argent n’est guère un problème, et il faut impérativement protéger leurs transactions. Leur ost maritime et terrestre est grassement rémunéré pour conserver une loyauté sans faille. Malgré les pertes de marchés suite à la disparition des membres de la famille, Ibtissem An’Tharwa a préféré réduire les effectifs et abandonner des routes marchandes pour consolider le cœur de son activité. Le salaire et le prestige de cette cheffe de famille affirme la confiance que lui porte ses hommes et ses femmes au sein de la compagnie.

Parallèlement au commerce de biens, les An’Tharwa ont, depuis quelques années, investit dans l’exploration maritime. Depuis l’avènement de Ibtissem, la découverte de nouvelles terres et nouvelles richesses sont des priorités. Des flottes spécialement affrétées à cette tâche parcours le monde et retourne au port parfois bredouille, mais des fois avec des excentricités encore jamais aperçu au Califat. Ils travaillent d’ailleurs de concert avec les érudits du Calife pour cartographier au mieux les mers.

A l’heure actuelle, Ibtissem An’Tharwa est bannie de Fajar, décret de la Princesse-Marchande Kali Ab’Medel. Il est évident que la rivalité qui oppose ces familles n’est guère éteinte, et la princesse projette de faire chuter Ibtissem, dernière représentante de sa famille. Néanmoins, Ibtissem ne désespère pas et compte bien retourner chez soi, de gré ou de force. Si la Princesse-Marchande refuse de se laisser abattre sur le plan commercial, c’est par l’intervention militaire que les An’Tharwa pourrait faire pencher la balance, avec la bénédiction du Calife, et l’aide étrangère obtenue par Ibtissem à la Cour du Roi d’Alévia.



Influence

Total d'influence disponible : 137
- Flotte prestigieuse : 70%
Chaque marin, chaque commerçant, chaque voyageur, reconnaitra la voile et la forme des navires An’Tharwa en provenance de Fajar. Que ce soit leurs navires marchands, leurs caravelles d’exploration, ou leur ost corsaire assurant leur protection.
- Empire Commercial An’Tharwa : 90%
Parmi les nobles familles shaïms, les An’Tharwa font incontestablement parti du haut du panier. Se battant au coude à coude avec les Ab’Medel pour le contrôle de Fajar, carrefour commercial maritime de grande importance. Les comptes tenus par les banquiers des An’Tharwa ferait pâlir n’importe quel seigneur du nord, même un duc d’Alévia. Et tout ceci en raison de leur commerce des ressources exotiques et de luxes. Leurs biens sont certes les plus onéreux, mais leurs clients ne comptent pas pour obtenir la qualité qui fait la renommée. Ce qu’il y a de plus rare et d’improbable, An’Tharwa est surement capable de vous l’obtenir.
- Mercenariat : 25%
Afin de protéger leurs intérêts, les An’Tharwa refuse de faire appel aux forces régulières du Califat ou à la garde de Fajar, facilement corruptible. Depuis toujours, ils emploient des mercenaires professionnels venu d’ailleurs, dont l’honneur est aussi haut que le montant sur leur fiche de paie.
- Explorateurs des nouveaux mondes : 45%
Bien que les capitaines explorateurs de la flotte n’arrivent pas à la cheville d’Ibtissem An’Tharwa elle-même, force est de constater qu’ils sont parmi les pionniers de la découverte et cartographie maritime.
Voir le profil de l'utilisateur


Le Scribe Éternel:
J'ai passé toute ma vie mortel à écrire l'histoire de ce monde, tant et si bien qu'un jour j'en suis arrivé à la fin. J'étais déjà un vieil homme en ce temps là, mais je fut saisit d'horreur devant la profondeur du vide qui m'envahissait. Il n'y avait plus de chronique à rédiger, plus de fait à relater et je serais mort bien avant que l'histoire ne s'achève. Mais Khel prit en pitié le vieil érudit que j'étais et quand mon histoire fut achevé il ramassa ma vie et dans son royaume de rayonnages infini il me fit une place. Je suis le scribe éternel, qui par la gloire de Khel écrira l'histoire jusqu'a la fin des temps.
Ibtissem An'Tharwa

Influence
Influence : 190
Atouts :

Coterie : An'Tharwa
Rang social / Titre : Héritiaire An’Tharwa, Grande Exploratrice et Navigatrice du Califat Shaïms, Favorite du Calife Sahaman Al’Maleh.
Age : 28 ans
Métier : Émissaire Shaïm, représentante du Calife.
Fiche : Ibtissem An'Tharwa
Situation familiale : Célibataire orpheline
Nationalité : Shaïm
Divinité favorite : Jasmia

Chiheb An’Hamza

Titres : Amiral de la Flotte Marchande An’Tharwa.
Divinité favorite : Aurios.
Age : 43 ans.
Sexe : Homme.
Situation familiale : Veuf, deux enfants.
Profession : Capitaine, Marchand.
Nationalité : Shaïm.

Sa psychée :
Un homme calme et mesuré qui connait son métier et l’utilisation des cartes marines. Chiheb sait lire entre les lignes et possède une verve sans pareil. Il est capable de négocier la marchandise au prix le plus intéressant et connait les dialectes des différents peuples. Sa motivation est l’argent avant tout, mais aussi son honneur en tant que sujet du Calife, qu’il soutient de tout son être. Il aura refusé un poste de Prince-Marchand pour rester au service de sa majesté. Cependant, il n’est pas aussi féru d’action et d’aventure comme sa supérieure, Ibtissem, il gère assez mal les imprévus quand ils se présentent à lui, sauf sur le papier, là, il assure.

Son Histoire :
Fils unique d’une riche famille shaïm, Chiheb a vécu toute son enfance au palais royale, au plus près du Calife dont ses parents sont des sujets très fidèles. Il grandira comme tout bon garçon de la noblesse shaïm et se verra disposer de la meilleure des éducations. Marié très jeune, non par amour mais par devoir, sa femme, une noble de la cour du Calife, lui donnera deux fils. Par la suite, suivant les traces de son père, Chiheb se lancera rapidement dans le commerce, mais la concurrence est rude au sein de l’Empire. Le marché est tout bonnement saturé dans les terres, il s’intéresse alors au commerce exclusivement maritime, il fondera sa propre compagnie qui prospérera pendant une dizaine d’années avant de couler, suite aux actions de sabotages de ses nombreux adversaires. Pour ne pas arranger les choses, sa femme, vivant au palais, décèdera soudainement, des suites d’une maladie héréditaire incurable. Ses enfants, devenus adolescents, ne pardonneront pas à leur père d’avoir été absent aussi longtemps, d’autant qu’il ne s’intéressait que très peu à eux. De fait, la famille de la défunte décidera de lui en retirer la garde, Chiheb était à présent seul. Non abattu par son échec, il se focalisera sur la diplomatie étrangère, espérant forger des alliances et préparer au mieux un retour au commerce avec de juteux contrats avec les voisins du Califat. Lors de son séjour au palais, il fera la rencontre d’Ibtissem An’Tharwa, rescapée d’une opération de l’Inquisition contre ses parents. Sous la protection du Calife, celui-ci demandera à Chiheb de prendre en charge la demoiselle en tant que mentor, chose inattendu qui bouleversa ses plans. Il ne pouvait cependant rien refuser au Calife, c’est à contre cœur qu’il s’occupa de l’adolescente et termina l’éducation qu’elle recevait à l’époque dans sa citée natale. A sa grande surprise, ce qu’il pensait être un fardeau se révéla une véritable pépite, Ibtissem ne se laissa pas abattre de ses mésaventures et travailla d’arrache-pied pour reprendre ce qui lui appartenait de droit. Cette détermination épata Chiheb, que se vit proposer, lui son mentor, de devenir un très proche collaborateur de sa compagnie commerciale. Ayant eut vent de la renommée des An’Tharwa, il accepta, après tout, il n’avait rien à perdre. Depuis, il officie comme Amiral de la Flotte Marchande et se retrouve dans une position très avantageuse, recevoir des ordres d’une cadette ne le dérange guère, il a la conviction qu’elle ira loin, de plus, elle prend en compte les conseils de son mentor.

Particularités : Un génie du calcul mental et une grande culture des peuples.

Crédit de l'avatar : OC – DeviantArt ( artiste : demonui )

Amiral de la Flotte Marchande An’Tharwa. Chiheb est l’un des trois Amiraux de la Flotte, il contrôle les navires marchands de la coterie et gère les transactions marchandes. Il accompagne régulièrement Ibtissem An’Tharwa à bord de l’Aquilon pour lui porter conseille.


---


Thorfinn Leiv

Titres : Amiral de la Flotte Corsaire An’Tharwa.
Divinité favorite : Khel & June.
Age : 37 ans.
Sexe : Homme.
Situation familiale : Célibataire.
Profession : Capitaine, Corsaire.
Nationalité : Jorhdien.

Sa psychée :
Du genre impulsif, Thorfinn est ce bon noble Jordhien déchu et condamné à l’exil où un rien suffit à rallumer la flamme. C’est un homme qui n’a connu que la violence et le pillage, sa famille au sombre passé l’enveloppe de son ombre, son apparence terrifiante, le teint pâle et les yeux perçants, il est craint de tous. Par ailleurs, il parle peu, puisqu’il parle mal des suites de sa tentative d’assassinat, ses cordes vocales ont bruler à l’ingestion d’un poison. De toute manière, il n’a guère besoin d’oser le ton pour se faire comprendre. Il exerce une grande emprise sur ses équipages, et il en faut bien pour gérer des corsaires issus de tous horizons. A Alévia, il est vu comme un barbare, un de ses sauvages bien habillé à la botte de sa patronne. Car oui, il lui est redevable et ne se pose aucune question de moralité ou de légitimité à son égard. Il jalouse secrètement Chiheb, autre Amiral, plus proche d’Ibtissem.

Son Histoire :
Rien ne laissait présager la naissance de cet enfant, sa mère avait déjà fait deux fausses-couches par le passé, et c’est une nuit de tempête que le miracle advint. Son père chérit la venue de son héritier qu’il baptisa Thorfinn, du même nom de la sous-divinité de la fertilité donné par le peuple de leur petit iles balayé par les vents. De sang noble, il eut une enfance confortable et paisible. Malgré cela, les jeux de pouvoirs au sien de la noblesse Jordhienne n’épargnait pas les petits seigneurs, même les plus reclus. On attenta à la vie du fils unique à son douzième anniversaire, empoisonner à sa propre table. Fort heureusement, le poison n’eut qu’un effet mineur, lui brûlant la gorge sans pour autant porter atteinte à sa vie. Mais le message était passé, son père, et son héritage, n’était plus à l’abris. La politique militaire se durcit, Thorfinn se forma à se défendre et naviguer pour suivre les voix de son père, afin de prévenir les dangers à venir. Cependant, les efforts ne surfirent pas, c’est en mer que père et fils, naviguant sur le même navire, eurent la désagréable surprise de croiser une flotte jordhienne à leur retour. Des rivaux voulant mettre la main sur leurs richesses, le rapport de puissance était déséquilibré, la flotte des Leiv sombra, leurs représentants envoyés par le fond. Sous sa bonne étoile, Thorfinn parvint à réchapper au massacre, malgré plusieurs blessures au sabre, en s’accrochant à des débris et échappant à la vigilance de ses agresseurs. Une journée à dériver en mer, il croisa la route d’un grand navire, des voiles qu’il n’avait jamais vu. Un marin le repéra et le naufragé fut remonté à bord. Il venait de poser pied sur l’Aquilon, et rencontra son capitaine Ibtissem An’Tharwa. La jeune femme venait de reprendre l’affaire de ses parents et se laissait dans une longue exploration. Thorfinn eut la chance d’être accepté au sien de l’équipage pour ses talents de navigateurs, il se fit remarquer par son capitaine qui, à leur retour à Fajar, l’enrôla dans sa compagnie.

Particularités : Voix complètement déformée par les brûlures de ses cordes vocales.

Crédit de l'avatar : Sorin Markov – Magic, The Gathering

Amiral de la Flotte Corsaire An’Tharwa. Thorfinn appartient au cercle des Amiraux de la Flotte, il assure la sécurité des navires An’Tharwa au travers de son ost corsaire, il est aussi le garde du corps de Ibtissem An’Tharwa. Son navire, le Vermillon, attise la convoitise de ses paires, contrairement aux pirates et corsaires de bas niveau, Thorfinn jouit indirectement de la fortune des An’Tharwa, il se permet alors de disposer de l’un des vaisseaux les plus puissants à voguer sur les mers à l’heure actuel.


---


Gregor Faultrier

Titres : Commandant des Mercenaires An’Tharwa.
Divinité favorite : L’ensemble de la Trinité.
Age : 42 ans.
Sexe : Homme.
Situation familiale : Célibataire.
Profession : Vétéran de l’Armée, Mercenaire.
Nationalité : Alèvite.

Sa psychée :
L’expérience parle pour lui, Gregor est un vétéran ayant officier pour les grands seigneurs du Royaume d’Alève. On ne peut que prendre au sérieux se molosse immense, se baladant toujours dans son armure d’officier. Il masque en permanence son visage, défiguré par un tir de baliste. Il parle peu, mais parle bien, ne gaspille sa salive que lorsque cela se révèle nécessaire. Excellent tacticien, il veille sur les richesses de la compagnie An’Tharwa et supervise la gestion de la petite armée de mercenaires. C’est un soldat au sang-froid, qui analyse la situation et prépare ses actions bien à l’avance. Il coordonne, dirige, mais ne rechigne pas à participer lui-même, bien que son âge et ses blessures ne lui permettent plus les mouvements de sa jeunesse, il n’en reste pas moins un redoutable adversaire. Par ailleurs, c’est un homme très pieux, raison pour laquelle il affectionne Ibtissem, tous deux détestent la divinité de la discorde.  

Son Histoire :
Faultrier, une noble et grande famille du système martial d’Alévite. Gregor n’est que l’un des nombreux enfants destinés à servir la royauté et prendre les armes. Il n’était déjà pas bien beau à l’époque, on lui refusait les intrigues politiques, et ses capacités physiques le prédestinait déjà à porter l’armure. En fin d’adolescence, il servit dans l’armée, où il se distingua rapidement comme un meneur d’homme et un bretteur efficace. C’était un géant qui se permettait de brandir les plus lourdes haches, et les plus grands espadons. Son service irréprochable lui valut d’être adoubé et placé en qualité de commandant d’une cohorte. Tout lui souriait. Jusqu’à une cuisante défaite, vaincu sur le champ de bataille, une partie du visage arraché par un trait d’une baliste, on l’évacua in-extremis, échappant à une mort certaine. Il aurait mieux valu pour lui de cesser de respirer, l’art militaire est tenu en haute estime pour un alévite, une défaite a de fortes répercussions. Si de plus il venait à être balafré, la situation ne risquait guère de s’améliorer. Malgré tout, il parvint à survivre de ses blessures, mais le mal était déjà fait. L’échec de l’un de ses fils, son père ne le reconnaissait plus, et le fit choir de ses fonctions auprès des généraux. De leur point de vue, la carrière militaire de Gregor Faultrier était terminée. Dénigré par ses pairs, rejeté par sa famille, l’ancien militaire se refusait de mettre un terme à sa carrière. Il prit la décision de quitter sa famille, devenir renégat, direction le Califat Shaïms pour officier en tant que mercenaire. Après de nombreuses expériences avec divers nobles comme garde du corps, il fit la rencontre d’un marchant de la compagnie An’Tharwa, qui lui demanda ses services. Pensant servir à nouveau en cerbère, il fut étonné de l’étendu de cette société marchande. A sa rencontre avec Ibtissem, celle-ci reconnut ses faits d’armes, et lui proposa d’officier sa propre armée de mercenaire. Gregor n’avait qu’à y gagner…

Particularités : On voit que très rarement son visage.

Crédit de l'avatar : OC – DeviantArt ( artiste : BobKehl )

Commandant des Mercenaires An’Tharwa. Chargé de l’encadrement et de la formation des troupes mercenaires sous la bannière An’Tharwa, Gregor inspire le respect par son passé militaire. Lui et ses hommes veillent sur les entrepôts de la coterie, leur QG est basé à la Guilde Commerciale de Fajar, mais un campement plus loin dans les terres sert à l’entrainements des nouvelles recrues.
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum