La valse du Pouvoir - Forum RPG

RPG d'intrigue


Horace de Maisonrouge [Terminée]

La valse du Pouvoir - Forum RPG :: Administratif :: Le registre :: Présentations validées


Horace de Maisonrouge
Horace de Maisonrouge [Terminée] Blason10
Coterie : Duché de Louvre
Rang social / Titre : Comte de Maisonrouge
Age : 24 ans
Métier : Chevalier
Fiche : Présentation
Journal : Journal de bord
Situation familiale : Marié, sans enfants
Nationalité : Alévien
Divinité favorite : June
Horace de Maisonrouge

Nom : de Maisonrouge
Prénom : Horace
Surnom  : Le Rougeoyant
Âge : 24 ans
Groupe : Noble
Nationalité : Alévien
Titres honorifiques : Comte de Maisonrouge, Seigneur de Létan
Profession : Chevalier
Situation familiale : Marié, sans enfants. Grand frère d'Hector de Maisonrouge.
Divinité favorite : June
Membre d'une coterie Oui, le duché de Louvre


Psychée

Les gens qui ne connaissent pas Horace ne savent généralement pas comment l’appréhender : sa carrure est impressionnante, ses moues négatives souvent surinterprétées, tant il n’a pas le contrôle de sa voix ou de ses expressions. Ainsi, s’il est juste contrarié ou déçu, on aura tôt fait de penser qu’il est en colère… Pourtant, quand il s’énerve, il est tout autre. Horace a la rage froide, silencieuse et déterminée de l’homme têtu qu’il est. Il vaut donc mieux se méfier de lui quand il ne dit rien, plutôt que quand il exprime son désaccord.

Il est d’ailleurs têtu, mais pas au point de refuser obstinément d’avouer ses torts. Disons qu’il est plutôt déterminé à faire ce qui est juste et bien, quitte à devoir signifier à ses amis et alliés ce qu’il pense de leur comportement. Horace a un grand sens de la justice, pour le meilleur et pour le pire. Il est aussi rancunier, surtout quand cela concerne les Jordhiens. Le prix que lui et son entourage ont payé est trop grand pour être effacé aussi simplement, surtout quand on pense que le Roi a préféré traiter avec eux plutôt que d’affirmer sa puissance. Efficace à court terme, mais après… ?

Loin d’être aussi impulsif qu’il paraisse ou que son surnom le laisse entendre, Horace est un érudit et pieux qui est capable de patience et de réflexion. Capable de se remettre en question (sauf si on parle de Jordhiens), il lui arrive souvent de devoir prendre du recul pour ne pas laisser ses émotions le guider. C’est alors que vous le verrez s’isoler tout simplement, le temps que sa contrariété passe, ce qui est généralement le cas.

Il a un grand respect pour les institutions religieuses et la Trinité, reste de ses peurs enfantines. Oh, il a pris du recul sur Verfutaie, mais estime toujours que la religion est une bonne chose, un guide moral et un outil primordial pour le maintien de la paix dans le royaume. Ainsi, il n’ira jamais avouer ce à quoi (à qui aussi) il pense quand il essaie de faire un enfant à Blanche. Tout ceci est un secret qu’il se doit de garder, d’étouffer jusqu’à ce qu’il n’existe plus. Un détail, une minuscule rayure sur le portrait parfait qu’il se fait de lui-même.

Après, Horace a également de bons moments, de très bons même : il est bon vivant, a beaucoup d’humour et a toujours une anecdote intéressante à raconter. Sa passion pour l’Histoire, partagée avec son frère Hector lui permet de briller en société tout en faisant des ponts peut-être pas évidents pour ceux qui n’avaient pas la chance d’avoir sa bibliothèque. Ainsi, il estime qu’Alève VI n'a pas vraiment de bons arguments pour réclamer le trône d’Alévia… Son ascendance manque de preuves, et quand bien même, elle est bien trop éloignée de la vie d'Alévia pour faire une bonne reine selon Horace. De toute façon, si Éderic devait être destitué, ce qui est déjà beaucoup dire, il y aurait un bon prétendant au trône en la personne du Duc Noir... Qui clairement, ne ferait pas offense à Horace (bien qu'il n'ait rien à dire à son niveau) en s'asseyant sur le trône.  


Artéfacts : Aucun.
Physique : Horace a gardé le meilleur du sang de ses ancêtres : il est grand et massif, sans pour autant passer pour un géant. Ses épaules sont larges, ses bras musclés par l'exercice, ses cuisses puissantes. Il doit son teint bronzé à son amour de la nature et sa tendance à passer énormément de temps dehors plutôt qu'à une lignée quelconque, même si les rumeurs lui donnent parfois tort. Sous ses cheveux longs et son armure, un œil exercé remarquera de nombreuses cicatrices, traces des combats et entraînements passés. Enfin presque, car cette fois où, adolescent et trop aviné, il est tombé dans un escalier et en a gardé une belle marque sur l'arcade sourcilière. Depuis, l'escalier est devenu par miracle un cheval.


Histoire

1015 : Naissance d'Horace.
Il est né un beau jour d'été, dans la résidence du Comte de Maisonrouge, à Létan. Les rayons qui frappèrent son petit visage et la chaleur qui s'en dégageait le fit d'abord crier, puis rire. Pour sa mère Julie, il était un soulagement, et pour son père, Charles, une fierté. Enfin ça, c'était avant qu'il grandisse et ne prouve à toute la maisonnée à quel point il pouvait être fatigant et têtu.

1018 : Mort de Julie de Maisonrouge, sa mère.
La seconde grossesse de Julie devait être une occasion pour tous de se réjouir d'un nouvel enfant à s'occuper et à élever, mais aussi la sécurisation d'une lignée. Hélas, cela ne se passa pas du tout comme prévu. Arrivé un peu trop tôt, le bébé mit sa mère en danger, et s'il survécut, ce ne fut pas le cas de Julie. Le comte de Maisonrouge venait de troquer une femme contre un autre fils, qui malheureusement n'avait pas l'air en aussi bonne santé que son premier né. Horace ne savait pas quoi penser de ce petit frère étrange et maladif qui avait « tué » sa mère, comme le disait le Comte, mais se surprit à vouloir le protéger, et avec lui, le reste du comté.

1020 : Massacre de Verfutaie.
Cet événement marqua durablement le petit Horace, alors âgé de cinq ans. Verfutaie était assez éloignée de Maisonrouge, mais tout de même : ce que parvenaient à saisir ses petites oreilles était suffisant pour lui coller des cauchemars terribles. Le petit garçon qu'il était se consacra corps et âme (surtout âme) à la religion, espérant ainsi ne jamais être frappé par la colère de l'Inquisition. Pieux, presque trop, et ce jusqu'à son adolescence, Horace de Maisonrouge fut un garçon érudit et sage, se plongeant avec la même ardeur dans les livres que dans son entraînement à l'épée ou à l'équitation. Il en garde d'ailleurs un amour sans faille pour l'Histoire d'Alévia et des objets anciens.

1030 : L'âge de déraison.
Puis vint donc l'adolescence : entraîné par des fréquentations tout aussi nobles que lui mais moins portée sur la religion (dont notamment Hector, son petit frère), Horace tomba lui aussi dans les excès, qu'il ne quitta jamais tout à fait. Il a de nombreux souvenirs croustillants de cette époque, des fêtes à n'en plus finir où il arrivait toujours à caser une anecdote historique ou deux, des sermons que lui prenait bien plus au sérieux que le reste de ses amis, et ces incartades insupportables, ces pensées qu'il se refusait à avoir pour certains d'entre eux. Horace y mit fin rapidement, coupant les ponts avec tous ceux qui auraient pu retourner ses préférences immorales contre lui. Cela contribua à le faire grandir d’un coup, et il stoppa la plupart de ses excès tout aussi brutalement. Paradoxal ? Oui peut-être.

1032 - 36 : Raids Jordhiens
Horace n’avait que 17 ans quand la famine poussa les tribus jordhiennes à faire des raids sur les côtes aléviennes, mais c’était largement suffisant pour qu’il aille combattre. Sa carrure déjà imposante (et à l’extrême opposée de celle d’Hector, encore trop jeune et fragile pour se battre) lui permit de briller durant certaines escarmouches. C’est dans ce contexte de raids qu’il se fit un véritable nom sur le champ de bataille, et un nombre conséquent de cicatrices. Certaines n’étant pas visibles d’ailleurs…

En 1034, il perdit Damien, un de ses frères d’armes duquel il était particulièrement proche – jamais physiquement mais il y avait des choses qu’il était difficile de contrôler. Cette mort le poursuit encore de nos jours, car elle fut particulièrement pénible. Capturé par une des tribus jordhiennes, Damien fut torturé, brûlé, et quand Horace fut enfin capable d’intervenir, avec d’autres chevaliers, il ne retrouva que son cadavre, rendu presque méconnaissable par tout ce qu’il avait subi. Néanmoins, cette tache de naissance sur l’avant-bras était une preuve irréfutable de l’identité du chevalier Damien. Mettant le feu à tout le camp de Jordhiens, Horace gagna cette nuit-là son surnom du Rougeoyant, chevauchant quelques temps sans se rendre compte que la couverture de son cheval était en feu. Il en garde d’ailleurs une marque de brûlure au mollet droit, une cicatrice dont il n’aime pas évoquer l’origine.

L’année suivante, en 1035, c’est un autre décès qui enfonce le clou sur le cercueil du peu d’estime qu’Horace pouvait avoir pour les Jordhiens : le Comte Charles de Maisonrouge, son propre père, meurt lors d’une attaque. Le Roi eut beau se déplacer lui-même pour affronter les hordes de sauvages déferlant sur les côtes de son pays, ça ne rendrait pas à Horace son père. Il en était conscient depuis quelques temps déjà et s’était préparé à cette éventualité, mais de savoir qu’il était désormais Comte de Maisonrouge lui tomba dessus comme une enclume. Ce n’est qu’une fois la situation apaisée (d’une manière fort contestable d’ailleurs) qu’Horace prit la mesure de ce qu’impliquait son rang.

Ainsi il prit pour épouse Blanche, la fille d’un seigneur local de moindre importance. L’essentiel était pour lui de fonder une famille et d’être sûr qu’il y aurait quelqu’un pour reprendre le flambeau familial. Hector était charmant, plutôt élégant et aux traits plaisants, mais il avait une santé si fragile qu’il serait dangereux de se reposer sur lui. Horace préféra prendre les devants, quitte à faire un mauvais mariage comme certaines personnes le lui firent la remarque. Il se marièrent à la fin de l’année, juste avant que 1037 ne pointe le bout de son nez.

Durant ces deux années, Horace a continué de défendre becs et ongles son comté et de prendre le temps de lire et de s’instruire, tout en n’ayant pas de descendance. Pas faute d’essayer pourtant… Hector quant à lui, l’aide dans sa quête de savoir en dénichant des ouvrages ou des objets relativement anciens.


Sur vous

Quelques mots sur vous ?
Votre âge IRL : 30 ans
Comment avez-vous trouvé le forum ? Sur un topsite dont je ne me souviens plus du nom.
Des suggestions/remarques ? Le forum est très complet, original et intéressant c'est plaisant. Les membres avec qui j'ai parlé sont aussi très accueillant, ça fait plaisir !
Crédit de l'avatar : Gideon Jura, de Magic The Gathering, illustration par Michael Komarck : http://www.komarckart.com/new08.html




Influence

Total d'influence disponible : 170
- Homme sur-entraîné : 85%
Horace est doté d'une bonne constitution qu'il a développé et entraîné pendant son adolescence : le maniement de l'épée et du bouclier n'ont plus beaucoup de secrets pour lui, et ses aventures gastronomiques lui ont forgé une défense à toute épreuve. Il faut se lever tôt pour espérer le mettre hors d'état de combattre.
- Solidité financière : 55%
Le Comté de Maisonrouge, et plus particulièrement sa ville principale, Létan, vit du lac au sud du Duché de Louvre. Les poissons ne manquent pas et les plaines sont cultivées : depuis la fin des raids Jordhiens, ce comté a retrouvé bonne figure. De plus, sa situation au carrefour des duchés de Louvre, Volpelier, Coeur-de-Pierre et Embrume, le comté est très actif commercialement.
- Muet comme une tombe : 50%
Très bon pour garder un secret, Horace ne se laissera pas facilement convaincre d'éventer une information qu'il sait être délicate ou confidentielle, que cela le concerne ou non.
- Connaissance de l'Histoire d'Alévia : 40%
Il sera compliqué d'essayer d'entourlouper Horace en inventant des familles nobles et des hauts-faits : lui mentir en invoquant une lignée ou des événements passés est donc risqué.


Spoiler:

Lien vers le blason : https://i.servimg.com/u/f76/13/27/80/65/blason10.png
Lore du Comté de Maisonrouge en cours d'écriture
Voir le profil de l'utilisateur
Le Scribe Eternel
Coterie : La Bibliothèque de Khel
Rang social / Titre : [Esprit Immortel)
Age : Le Temps dans la bibliothèque de Khel n'a pas de sens.
Métier : Scribe
Félicitation Horace, ta fiche est validée. Le racisme anti-jordhien a de beaux jours devant lui ! Tu peux dès maintenant aller faire une demande de RP (n'oublie pas que tu dois les signaler quand ils sont terminés) et une demande de lieu si cela est nécessaire. Je t'invite également à créer dès maintenant ton journal de bord pour garder une trace de tes aventures!
Voir le profil de l'utilisateur


Le Scribe Éternel:
J'ai passé toute ma vie mortel à écrire l'histoire de ce monde, tant et si bien qu'un jour j'en suis arrivé à la fin. J'étais déjà un vieil homme en ce temps là, mais je fut saisit d'horreur devant la profondeur du vide qui m'envahissait. Il n'y avait plus de chronique à rédiger, plus de fait à relater et je serais mort bien avant que l'histoire ne s'achève. Mais Khel prit en pitié le vieil érudit que j'étais et quand mon histoire fut achevé il ramassa ma vie et dans son royaume de rayonnages infini il me fit une place. Je suis le scribe éternel, qui par la gloire de Khel écrira l'histoire jusqu'a la fin des temps.

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum