La valse du Pouvoir - Forum RPG

RPG d'intrigue


Siegfried Luptan [Terminé]

La valse du Pouvoir - Forum RPG :: Administratif :: Le registre :: Présentations validées


avatar
Message  Siegfried Luptan [Terminé]  par Siegfried Luptan le Mar 18 Sep - 14:22
Blason de la famille Luptan
Coterie : Comté de Coeur-De-Pierre
Rang social / Titre : Comte, Maître de Guerre
Age : 36
Métier : Général en Chef
Fiche : Siegfried Luptan
Journal : Journal de Siegfried
Situation familiale : Marié avec quatre filles
Nationalité : Alévienne
Divinité favorite : June
Siegfried Luptan

Nom : Luptan
Prénom : Siegfried
Surnom  : Le Maître de Guerre
Âge : 36 ans (né en 1003)
Groupe : Noble
Nationalité : Alévien
Titres honorifiques : Général en chef des armées, Chef de l’Ordre des Guerriers, Comte de Coeur-De-Pierre
Profession : Général en chef
Situation familiale : Marié avec quatre filles.
Divinité favorite : June




Psychée

Le comte Siegfried Luptan est une anomalie dans la noblesse Alévienne : plusieurs de ses valeurs et opinions sont qualifiées de “particulières” pour les plus polis. Il est en effet essentiellement méritocrate, considérant que l’efficacité d’un individu dans ses fonctions ou compétences devrait primer sur tout autre facteur ; cela dit, il ne critique pas le principe de la succession, il pense simplement que le successeur en question devrait abandonner son poste en faveur de quelqu’un de plus compétent s’il n’est pas capable de remplir ses fonctions correctement.

En revanche, en partie à cause de son historique familiale, Siegfried n’apprécie pas le fait que les femmes passent en dernière par principe. Déjà que le droit d’aînesse est source de frustration, c’est encore pire pour les demoiselles qui se retrouvent pratiquement assujetties à leurs frères et époux. Mais il sait pertinemment que son opinion est minoritaire au sein des hommes de la noblesse, si bien qu’il n’insiste pas continuellement à ce sujet. Il espère néanmoins que les choses évoluent dans le bon sens.

Ces avis originaux font que le comte n’émet pas de jugement de valeur sur quelqu’un juste par son apparence ou son statut : il attend de voir de quoi l’individu est capable et de constater les qualités qu’il possède. Ainsi, il pourrait très bien respecter un petit artisan dont les travaux sont exemplaires et n’avoir que du mépris pour un aristocrate se vautrant dans le luxe sans être capable de se débrouiller seul. Il respectera toutefois l’étiquette et les “convenances” dans les deux cas, étant donné les jeux d’influence à la cour.

Outre cela, Siegfried n’est pas particulièrement belliqueux ni cruel, mais plutôt pragmatique. Il essaiera de trouver la meilleure issue possible lors de troubles, mais n’hésitera pas à faire ce qui doit être fait pour le bien commun. Il considère que la guerre est une méthode comme une autre, parfois nécessaire mais on peut sans doute faire sans, aussi ne tient-il pas rigueur au roi pour son pacifisme ; le comte pense d’ailleurs qu’il a été nommé général en chef en partie grâce à cet avis commun sur les hostilités.

Il est aussi ambitieux et ne s’en cache pas vraiment - il faudrait être hypocrite pour prétendre le contraire lorsque l’on est noble du royaume. Sa position actuelle le satisfait toutefois, ayant un territoire plus que correct et un titre prestigieux ; la cerise sur le gâteau serait de devenir Duc, mais Siegfried ne ressent pas vraiment d’urgence à ce niveau. Si l’opportunité venait à se présenter, il la saisirait à ce moment-là, pas besoin de forcer les choses.

Enfin, malgré toutes ses obligations, Siegfried tâche au mieux d’être un bon père et époux. Il n’a peut-être pas eu d’héritier mâle mais ça ne l’empêche pas de chérir sa famille et d’assurer l’éducation de ses filles, même s’il a du mal à cacher ses inquiétudes quand à l’avenir. Il craint en effet que vu qu’il n’a pas de fils, les autres nobles du royaume cherchent absolument à épouser ses filles sans les aimer juste pour récupérer beaucoup dans la succession. Tout pragmatique qu’il est, l’idée de les considérer comme de simples outils le répugne, aussi est-il assez réticent à l’idée d’un mariage arrangé. Et son aînée étant en âge, les demandes se font de plus en plus fréquentes...


Artéfacts : Aucun.
Physique :Siegfried est un homme bien bâti de taille moyenne, faisant un peu plus vieux que son âge réel : ses traits durs, la cicatrice sur son oeil gauche ainsi que ses cheveux et sa barbe naturellement d’un blond cendré y sont pour beaucoup. Son regard bleu profond est souvent sévère, sans forcément être rude pour autant. Se tenant toujours droit en gardant son sérieux, Siegfried inspire une certaine prestance rehaussée de fierté typiquement noble, ce que ses tenues riches mettent d’autant plus en valeur.


Histoire

La vie de Siegfried Luptan est remplie de plus de femmes que d’hommes. Là où certains pourraient dire que ce n’est pas un problème, Siegfried peut garantir que c’est moins sympathique que ça en a l’air, surtout quand on voit les rares hommes marquants de sa vie...

Le petit Siegfried est né dans la famille noble dirigeante du comté de Coeur-De-Pierre (contrairement à ce que l’on peut penser, ses habitants ne sont pas particulièrement froids ou distants : le territoire est simplement au centre de la Chaîne des Trois-Pics). Fils aîné du Comte Reiner et de la Comtesse Cecilia, il eut droit à une éducation noble avancée, dans laquelle il était appliqué et où il démontra vite une certaine intelligence, même si pas de talent pointu spécifique. Comparé à certaines familles, il eu la chance de n’avoir aucun conflit notable avec ses parents ou avec sa petite soeur Amélie, de 4 ans sa cadette. Ainsi, il arriva jusqu’à ses 12 ans sans histoire ou complication particulière.

Malheureusement, un événement perturbateur survint en 1015. Reiner partit au front avec ses troupes contre des pillards lançant une énième incursion sur Alévia, et revint quelques semaines plus tard. Mais il était changé, quelque chose semblait l’avoir profondément marqué sur le champ de bataille. Il devint bien moins souriant, toujours gêné par quelque chose, et prenant fréquemment de mauvaises décisions pour le Comté. Pour la famille Luptan, ce fut une période bien sombre qui dura plusieurs mois, les deux enfants n’appréciant plus vraiment de passer du temps avec leur père, et tout cela se termina tragiquement peu de temps après.

Un jeune inquisiteur zélé du nom d’Alexander Barnes arriva au manoir des Luptan, menant une enquête sur Reiner. Et à la grande horreur de tous il mit au jour la corruption de celui-ci ; apparemment, Reiner avait trépassé lors de l’affrontement contre les pillards puis été ressuscité comme Histrion à l’insu de tous, d’où son comportement étrange depuis. Siegfried avait eu l’impression que ce n’était pas son père qui était rentré ce jour-là et il avait eu raison quelque part…

Alexander passa Reiner sur le bûcher sans attendre, avec son majordome et un cuisinier pour faire bonne mesure. D’après l’inquisiteur, le majordome était sans doute coupable car il aurait forcément découvert le secret en faisant son travail, et le cuisinier avait juste l’air trop suspect à cause d’une sale tache de naissance. Cecilia échappa de peu au même sort, malgré toute la suspicion d’Alexander, évitant ainsi aux enfants Luptan de devenir orphelins. Une fois sa sinistre besogne terminée, l’inquisiteur repartit satisfait vers de nouvelles hérésies, laissant la famille éplorée derrière lui. La brutalité de cet individu dégoûta profondément Siegfried et Amélie des ordres religieux et aujourd’hui encore tous deux en gardent une certaine rancoeur.

En tant que fils aîné, Siegfried devait succéder à son père à la tête du Comté. Mais étant encore trop jeune, en plus des troubles internes que l’affaire avait provoqué dans le territoire, sa mère fit office de régente jusqu’à ses 15 ans. Et c’est pendant cette période que le comte en devenir découvrit deux choses.
D’abord, que sa mère faisait un travail excellent dans la gestion du Comté, maîtrisant parfaitement les tenants et aboutissants de la chose. Jusque là, il ne s’était pas posé la question, mais il semblait que les femmes pouvaient se révéler tout aussi compétente que les hommes, si ce n’est plus, et ce malgré tout ce qu’on pouvait dire.
Mais également que Cecilia avait sans nul doute eu une grande influence sur Reiner dans son administration. En y réfléchissant, à chaque fois que le père était absent, la mère prenait les rênes du Comté. Siegfried pourrait même jurer qu’elle avait pris des mesures de son propre chef. Ainsi, il réalisa que les jeux de pouvoirs étaient quelque chose de redoutable et que n’importe qui pouvait manipuler n’importe qui d’autre…

Le jour de ses 15 ans, Siegfried Luptan devint Comte de Coeur-de-Pierre. Il tâcha de mettre en oeuvre tout ce qu’il avait appris, en acceptant les conseils de Cecilia tout en analysant lesdits conseils et leurs résultats. Avec le temps, il prit de plus en plus confiance en lui jusqu’à adopter une véritable prestance de comte. Et vers ses 17 ans, il rencontra Angela Sableblanc, fille d’un baron voisin. Il tomba sous le charme de cette magnifique demoiselle à la peau délicate, aux cheveux roux et aux yeux émeraudes. Il eut un peu de mal à la conquérir, celle-ci pensant au départ que Siegfried s’intéressait à elle uniquement dans un but politique. A sa décharge, le jeune comte avait plus l’air de s’essayer à une négociation qu’à lui faire la cour… Mais cette histoire-là se termina bien au final, les deux devinrent amants, puis fiancés, puis époux.

Peu de temps après ce mariage, alors que Siegfried n’avait que 19 ans et Angela 18, ils eurent leur premier enfant. C’était une petite fille qu’ils prénommèrent Eléanore ; Siegfried était ravi. Cependant, il eut bien vite la révélation qu’il avait toute une famille à protéger désormais, et pas uniquement un territoire. Tout en s’essayant au rôle de père, il commença à bien faire attention aux “opportunistes et profiteurs”, comme il les appelle. Par ailleurs, développant ses capacités martiales au mieux, il fut invité à rejoindre l'Ordre des Guerriers du Royaume, chose qu'il accepta avec enthousiasme.

Sa mère veuve demeurait un bon parti pour qui voudrait reprendre le territoire, mais fort heureusement elle refusait de se remarier. Sa soeur en revanche allait bientôt être en âge, et elle était suffisamment belle pour en intéresser plus d’un. Il avait techniquement autorité sur le mariage d’Amélie, et si un mariage d’alliance était sans doute une bonne opportunité, le bonheur de sa famille lui importait beaucoup depuis la mort de son père. Il navigua ainsi dans les eaux troubles de la politique pendant des années, surveillant les intérêts du Comté de Coeur-De-Pierre et s’arrangeant pour que sa famille prospère. Des inquisiteurs firent un jour une visite de courtoisie pour s’assurer que le fils ne suivait pas les traces du père mais repartirent bredouilles à la grande satisfaction de Siegfried.

Toutefois, bien des années plus tard, Siegfried dû faire face à une grande difficulté : sa chère Angela lui avait donné quatre enfants… mais pas de fils. Pire, son quatrième accouchement avait été difficile et avait manqué de l’emporter. Etant donné que le comte avait déjà beaucoup d’enfants et qu’il ne voulait pas mettre en danger la vie de sa bien-aimée juste pour satisfaire un désir de succession, il se résigna à ne pas réessayer à nouveau et à chérir celles qu’il avait déjà.

Même si sa vie de famille avait été mouvementée, le comte était parvenu aux hautes sphères de la cour du Roi Coeurvaillant. Sa descendance et ses opinions politiques faisaient peut-être jaser, il n’en demeurait pas moins un homme influent grâce à ses terres intéressantes et ses troupes élitistes. Sous sa direction, le Comté fit face à quelques raids de bandits, à des groupes de pillards qui arpentait les montagnes et même à une tentative d’annexion d’un voisin un peu trop entreprenant, et triompha à chaque fois en prenant parti de la topologie du terrain. Siegfried fit même partie de certains détachements afin de commander sur le terrain - bien qu’une occasion ait failli lui coûter cher, dont il tira sa cicatrice sur l’oeil. Néanmoins, ces réussites militaires avaient plutôt impressionné les autres nobles malgré tout. Notamment grâce à cela, il parvint à terme au rang très prestigieux de Haut Dirigeant de l'Ordre des Guerriers.

Et peu de temps après, une opportunité en or s’offrit à lui : l’ancien Général en chef venait de mourir dans un sombre accident de pêche et la place était de fait vacante, mais le Roi étant naturellement pacifiste, il était reluctant à nommer un noble batailleur à ce poste - voire même un noble tout cours. Siegfried tira son épingle du jeu en mettant en avant son armée personnelle centrée sur l’élitisme et le mérite : il proposa au Roi d’appliquer ce fonctionnement à l’armée en général afin d’en restructurer le fonctionnement en améliorant la qualité des troupes tout en limitant le nombre d’individus belliqueux trop enclins à attaquer d’abord et à poser des questions ensuite. Avec le titre de Haut Dirigeant de l'Ordre des Guerriers qui ajoutait encore du prestige à sa candidature, Louens décida après délibérations de lui confier ce titre, supposant que ça ne pouvait être que positif.

Aujourd’hui, le Comte Siegfried Luptan gère donc les armée du royaume, mais il sait pertinemment que les autres nobles aimeraient beaucoup le voir démis de ses fonctions. Il fait au mieux pour améliorer l’armée “dans le bon sens”, mais étant donné que chaque noble a ses propres troupes, il est souvent difficile de coopérer efficacement. A côté de ça, il veille toujours sur sa mère vieillissante qui demeure encore dans le manoir familial, sur sa soeur désormais mariée à un seigneur aisé et sur sa femme et ses filles avec qui il s’arrange pour passer le plus de temps possible malgré ses fonctions. Avec sa fille aînée Eléanore de 17 ans et en âge de se marier, et sa seconde fille Sandra du haut de ses 15 ans qui le sera bientôt, Siegfried est à l'affût des éventuels profiteurs. Ses deux dernières filles, Faye et Sylvia, de 11 et 8 ans respectivement, sont encore en train de faire leur éducation, bien que cela ne l’empêche pas de s’inquiéter tout autant pour elles…

Il n’y a peut-être qu’un seul homme dans la famille Luptan, mais il la protégera farouchement.


Sur vous

Quelques mots sur vous ?
Votre âge IRL : 24
Comment avez-vous trouver le forum ? J’ai vu de la lumière, je suis entré.
Des suggestions/remarques ? Je suis… intrigué (c’est rigolo parce que ça parle d’intrigues, tout ça…)
Crédit de l'avatar : Blade & Soul



Influence

Total d'influence disponible : 185

- Maître de Guerre : 85% Siegfried est à la tête de l'Ordre des Guerriers ainsi que des armées du Royaume, et à ce titre a une très grande influence sur l'aspect militaire d'Alévia. Il a évidemment une place de choix auprès du Roi.

- Bretteur d'élite : 75% En tant que membre de l'Ordre des Guerriers, Siegfried sait se battre excellemment. Il n'est cependant pas aussi bon que les véritables maîtres épéistes mais demeure un adversaire redoutable.

- Richesse : 40% La famille Luptan a toujours vécu à son aise sans pour autant être opulente. Siegfried ne craint pas réellement les difficultés financières, même s'il doit prendre soin de sa famille nombreuse.

- Connexions dans la noblesse : 30% En tant que haut noble, Siegfried a quelques contacts bien placés. Cependant, ses opinions personnelles restent peu populaires au sein de la noblesse.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Message  Re: Siegfried Luptan [Terminé]  par Le Scribe Eternel le Mar 18 Sep - 20:47
Coterie : La Bibliothèque de Khel
Rang social / Titre : [Esprit Immortel)
Age : Le Temps dans la bibliothèque de Khel n'a pas de sens.
Métier : Scribe
Fiche validé ! Bienvenue parmi nous.Tu va pouvoir rejoindre les rangs de la noblesse et commencer tes premiers RP.
Voir le profil de l'utilisateur


Le Scribe Éternel:
J'ai passé toute ma vie mortel à écrire l'histoire de ce monde, tant et si bien qu'un jour j'en suis arrivé à la fin. J'étais déjà un vieil homme en ce temps là, mais je fut saisit d'horreur devant la profondeur du vide qui m'envahissait. Il n'y avait plus de chronique à rédiger, plus de fait à relater et je serais mort bien avant que l'histoire ne s'achève. Mais Khel prit en pitié le vieil érudit que j'étais et quand mon histoire fut achevé il ramassa ma vie et dans son royaume de rayonnages infini il me fit une place. Je suis le scribe éternel, qui par la gloire de Khel écrira l'histoire jusqu'a la fin des temps.

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum